… “Strangers from strange lands they are, yet familiar, emerging from the void, independent, decomposed as if reborn from dust. Monstrous. Touching. Magnificent”…

Metamporphoses

…Créations hybrides, métamorphoses, métissages, sont les thèmes de prédilection de Debora Stein dont les œuvres font émerger des formes féminines en mutation perpétuelle.

C’est à partir de collages et de peintures sur toile et papier qu’elle élabore son art.
Pour fabriquer ses créatures, l’artiste agglomère différents types de matériaux : ses estampes, celles de son père, les carnets de sa grand-mère russe écrits en yiddish, bouts de dessins et carnets anonymes. De ces matériaux, ne subsistent que des traces lointaines comme pour les palimpsestes.
Sur ses toiles surgissent alors des déesses, des aliens nus aux parties génitales exubérantes, comme en offrande, des créatures mi-femelles, mi-animales, des méduses organiques ; toujours des êtres inachevés.

A la croisée d’influences et de pluralités complexes, marquée par ses origines juives, l’industrie de la mode, les découverts scientifiques, le science-fiction et les mythologies, Debora Stein se concentre sur le corps féminin ; cet « objet » qui, dans la plupart des cultures, focalise la charge du désir autant que le mépris et le poids des exigences sociales.
Débora Stein déconstruit les clichés, les interroge et se les approprie, en bousculant les préjugés sur « l’identité féminine ».

Anna Maria Celli

Master en philosophie
Université de Bourgogne

 

PANIM-FACES

Le visage est le premier lieu de mémoire. Le palimpseste de tous nos temps. D’un autre, il est ce que nous gardons en mémoire. Les premiers masques furent funéraires, comme si ce qu’il convient de retenir de l’homme était son visage.

En hébreu, le mot « visage » se dit -Panim-.  Mot pluriel, n’existant pas au singulier. Millefeuille en évolution perpétuelle. Comme si un visage en cache un autre, un autre et un autre encore.

Si aucun visage ne se ressemble, c’est parce qu’il est comme une peau, une vie, la frontière poreuse entre le dehors et le dedans. Enveloppé par les regards, il revêt différentes formes et couleurs.

C’est la vulnérabilité de l’être qui m’intéresse: ces visages vous fixent d’une manière obsessionnelle. Et par eux, la vie avec ses mystères, sa magie, ses contradictions. Sa souffrance.

Née au Canada, Debora Stein a grandi en Israël et étudié les beaux-arts en Italie.

Ayant séjourné en Afrique, aujourd’hui installée à Paris, ses multiples identités culturelles ( canadienne israélienne et française) l’ont rendu sensible au manque des représentations de la femme dans l’imaginaire collectif.

A la fois d’ailleurs et d’ici, elle rencontre la problématique de l’exil qu’elle transcende dans son art.

Plusieurs expositions personnelles et collectives depuis :

1993 : Collective au Musée d’Art Moderne de Paris, 75016. (Catalogue)

1995 : « Femmes Publiques » au Palais de la Femmes (Paris 11e), (Catalogue),

1997 : Le monde de l’Art, Paris 75006, (catalogue)

1997 : Portes Ouvertes des ateliers de Père-Lachaise.

1997-2007 : Création de la « Flèche d’Or Café » avec six autres artistes, un lieu atypique à Paris pour des concerts spectacles et expositions, dans une ancienne gare SNCF à Paris 20e.

2000 : « Haïfa cedex », Triennale au musée d’art contemporain à Haïfa, Israël, (Catalogue)

2000 : Portes Ouvertes des ateliers de Père-Lachaise.

2001 : Exposition collective : « Carte de séjour », Vienne, Autriche, (Brochure.)

2002-2013 : Création du label « Shmatess »: Des pièces unique faite à partir de matériaux recyclés. (Tapis, sac de pomme de terre et d’ognons, plastique, etc.) Plusieurs voyages à St Louis de Sénégal pour travailler avec les couturiers de rue.

2012-2015 : Collaboration avec les ateliers d’Emmaüs-la Friperie Solidaire à Maisons-Alfort.

2015 : Juillet : Exposition personnelle à la chapelle Saint-Ferréol, 84 Lubéron.

2015 : Septembre : « Le bon Grain », Paris 11eme, six artistes femmes-six encadreuses

2015 : Décembre : Résidence d’artiste au centre Panafricaine a Yenn, Sénégal.

2016 Juin: Galerie de la Voûte, Paris 75012. (Performance)

2018 : Mai : Exposition itinérante pour le « Mois Rose » en collaboration avec les associations Skin et Prolific. 10 artistes/10 binômes Marie du 3éme, Paris, des hôpitaux et des centres d’arts.

2019 : Mai : Portes Ouvertes des ateliers d’artistes de Père-Lachaise.

2019 : Septembre : La biennale HN, Lyon.

2019 : Novembre : Le « 111 Des Art », Lyon.

2019 : Décembre : Portes Ouvertes des ateliers d’artistes de Père-Lachaise.

2020 : Mars : La biennale 109, Paris 11ème,

2020 : Mai/Juin: Biennal de Beauce (Eure-et-Loir 28) 

2020 : Octobre : Participation au Festival « Daimond » : Centre d’Art, 100 Charonton, Paris 12ème

2020 :Mai/Décembre: Portes Ouvertes des ateliers d’artistes de Père-Lachaise, Paris.

Get in touch

7 + 14 =