… “Strangers from strange lands they are, yet familiar, emerging from the void, independent, decomposed as if reborn from dust. Monstrous. Touching. Magnificent”…

Metamporphoses

…Créations hybrides, métamorphoses, métissages, sont les thèmes de prédilection de Debora Stein dont les œuvres font émerger des formes féminines en mutation perpétuelle.

C’est à partir de collages et de peintures sur toile et papier qu’elle élabore son art.
Pour fabriquer ses créatures, l’artiste agglomère différents types de matériaux : ses estampes, celles de son père, les carnets de sa grand-mère russe écrits en yiddish, bouts de dessins et carnets anonymes. De ces matériaux, ne subsistent que des traces lointaines comme pour les palimpsestes.
Sur ses toiles surgissent alors des déesses, des aliens nus aux parties génitales exubérantes, comme en offrande, des créatures mi-femelles, mi-animales, des méduses organiques ; toujours des êtres inachevés.

A la croisée d’influences et de pluralités complexes, marquée par ses origines juives, l’industrie de la mode, les découverts scientifiques, le science-fiction et les mythologies, Debora Stein se concentre sur le corps féminin ; cet « objet » qui, dans la plupart des cultures, focalise la charge du désir autant que le mépris et le poids des exigences sociales.
Débora Stein déconstruit les clichés, les interroge et se les approprie, en bousculant les préjugés sur « l’identité féminine ».

Anna Maria Celli

Master en philosophie
Université de Bourgogne

 

Née au Canada, Debora Stein a grandi en Israël et étudié les beaux-arts en Italie.

Ayant séjourné en Afrique, aujourd’hui installée à Paris, ses multiples identités culturelles ( canadienne israélienne et française) l’ont rendu sensible au manque des représentations de la femme dans l’imaginaire collectif.

A la fois d’ailleurs et d’ici, elle rencontre la problématique de l’exil qu’elle transcende dans son art.

Plusieurs expositions personnelles et collectives depuis :

1995- « Femmes Publiques » au Palais de la Femmes (Paris 11e),

1997– Le monde de l’Art, (Paris 75006),

2000- « Haïfa cedex», Triennale au musée d’art contemporain à Haïfa, Israël,

2001- « Carte de séjour », Vienne, Autriche, etc.

Pendant quatre ans, elle a collaboré avec les ateliers d’Emmaüs, La Friperie Solidaire à Maisons-Alfort, en dirigeant un atelier de création, et en formant plusieurs salariés. Avec Emmaüs, elle a organisé deux fois par an des défilés dans des lieux insolites, avec les salariés comme modèles.

Juillet 2015- La chapelle Saint-Ferréol Viens,  Lubéron. ( une exposition personnelle).

Septembre 2015- « Le bon Grain » Paris 11eme, six artistes femmes-six encadreuses

Juin 2016- Galerie de la Voûte, Paris 75012. (Intervention)

Get in touch

8 + 7 =